198eme concert (Toulouse Metal Fest #1) 2010

 

 

 

 

Nous sommes le vendredi 04 juin et me voilà parti en direction de Toulouse, disons plutôt, sa banlieue, pour la première édition du Toulouse metal fest. Ce petit festival a lieu dans la ville de Tournefeuille à la salle « le phare ».

 

L'affiche a beaucoup évolué depuis les premières annonces. Au début, on pouvait lire PARADISE LOST en tête d'affiche. Maintenant c'est SOULFLY. Puis EPICA s'est rajouté et MESHUGGAH et MNEMIC ont disparu.

Pour une première affiche, c'est très éclectique. Elle est composée de SOULFLYEPICAPARADISE LOSTCYNICLOUDBLASTGENITORTURERSGORODEYELESS

 

 

 

 

                                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après plus de 3 heures de route, sous un soleil de plomb, j''arrive sur le site, un peu avant 17h00. Heure à laquelle doit commencer EYELESS, le premier groupe. Pour se garer, pas de problèmes, en plus du parking de la salle, il y a celui de la grande surface, juste en face. Faut croire que la pub a bien circulé, il y a déjà quelques metaleux d'arrivés. On trouve même un « gus », déjà bourré, avec un tee shirt dans les mains, à jouer les toréadors aux véhicules qui passent, tout en criant des choses incompréhensible...lol...L'ambiance s'annonce chaude.

Le passage des portes, au niveau de la sécurité, est très fluide. Aucune fouille, juste un regard bref sur le ticket. Ca change des autres salles sur Paris, Bordeaux,... où je trouve, par moment, que c'est un peu trop poussé. Je me demande si il y en a qui prennent pas leurs pieds en nous fouillant....lol.

Une fois dans le bâtiment, je ne prends pas le temps de regarder les quelques stands installés, puisque le premier groupe laisse entendre ses premières notes. Je me précipite donc dans la salle, qui jouxte ce grand hall d'entrée.

 

Comme prévu, il y a deux scènes, qui se font face à face. Une plus petite que l'autre. Et je m'aperçois, par la bannière, que c'est GOROD qui entame les hostilités de ce festival. Le timing est donc respecté, mais pas l'ordre des groupes, par rapport à l'affiche. Mais ce n'est que du détail.

 

 

 

 

 

GOROD « Process of a new decline » 2009

 

 

 

Le groupe GOROD nous arrive de Bordeaux. Voilà plus de 10 ans qu'il joue, avec 3 albums à son actif. Et pendant une petite demie heure, le groupe va nous plonger dans son death technique. Je ne connaissais pas du tout. Ca se laisse écouter, même si, pour moi, je trouve les compos un peu trop technique.. Mais le message à l'air de bien passer avec le public, qui est déjà en nombre devant la scène.

Je n'ai pas vraiment trouvé le chant de Guillaume transcendant, qui officie également dans VORIACIOUS GANGRENE. Il me donnait l'impression de devoir forcer sur sa voix pour nous sortir ses growls. Mais dans l'ensemble j'apprécierai la prestation du groupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EYELESS « The diary » 2009

 

 

Pas le temps de reprendre son souffle, EYELESS est déjà installé sur la grande scène. C'est vrai, que d'aller d'une scène à l'autre, nous prend que quelques secondes. Mais apparemment ce soir les horaires seront respectés à la lettre. Je ne vais pas m'en plaindre, je suis le premier à gueuler quand l'attente est trop longue entre deux groupes, là, je suis comblé.

EYELESS attaque son set d'une demie heure également. On change de style, puisque le groupe nous assène un hardcore digne de ce nom. Même en étant pas fan de ce style, j'ai trouvé le groupe très carré dans sa prestation et très motivant pour bouger. EYELESS nous arrive de Montpellier et nous présente leur dernier album en date « The diary » sorti en 2009. Il y a un peu plus de monde devant la scène mais plus éparse. D'ailleurs, Fred, le chanteur, fera, à mon sens, une petite erreur. Il demandera à la salle de se séparer en deux, afin de faire un « braveheart ». Ce que le public fera à merveille, mais, par la suite, le devant de la scène restera pratiquement vide jusqu'à la fin du set. Les personnes ayant préféré rester un peu à l'écart du mosh pit....lol.. Les morceaux sont courts mais efficaces. L'ambiance est vraiment excellente. Mais par contre il fait chaud, alors je décide de partir quelques minutes avant la fin du set pour me mettre dans la file d'attente du bar. Car le gros point faible de ce festival c'est le bar. Un seul sur place, qui fait tout juste 10 mètres de large, avec, derrière le comptoir, 2 ou 3 serveurs. Je vous laisse imaginer l'attente qu'il fallait pour pouvoir se désaltérer. Remarque, de là où j'étais, je voyais très bien EYELESS qui continuait à mettre le feu dans le public.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

LOUDBLAST « Planet pandemonium » 2004

 

 

Le temps de discuter avec des inconnus, en attendant d'être servi. J'entends LOUDBLAST qui commence à être acclamé par le public, il me faut pas plus d'une seconde pour comprendre que le groupe va jouer maintenant. Il n'y a vraiment aucun temps mort entre les groupes.

Je suis venu pour eux, alors je décide de laisser tomber la file d'attente, de laisser mon gosier s'assécher un peu plus et de prendre place dans les premiers rangs déjà bien remplis.

Ca me fait vraiment plaisir d'être face à ce groupe, que j'ai écouté et aimé depuis leur début, mais que je n'ai jamais eu l'occasion de voir. J'excepte le Hellfest en 2009.

LOUDBLAST, groupe de Lille, s'est formé en 1985 et nous délivre un thrash death metal. Ce que j'aime dans leurs titres, c'est qu'ils sont riches en solos de guitares.

Pendant 40 petites minutes, le groupe va nous faire voyager au travers de ses différents albums avec pour commencer « Steering for paradise », suivit de « Flesh », « Presumption », « Wisdom... Father on », « The horror within », « Cross the threshold », et sans oublier « Taste me », « Sublim dementia » et on finira avec « No tears to share ». 

J'avais en tête encore des vieilles images de Stéphane Buriez, le chanteur guitariste, alors de le voir, maintenant, avec le crâne rasé, m'a surpris. Ca n'enlève rien à sa prestation vocale, bien sur....lol.

Je vais passer tout leur set à headbanguer tellement c'est bon. Le public présent, accueille le groupe, comme il le mérite. Et le groupe sera à la hauteur de sa réputation. Ce sera vraiment mon coup de coeur de cette soirée. Malgré une durée beaucoup trop courte.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

GENITORTURERS « Blackheart revolution » 2009

 

 

A peine remis de LOUDBLAST, il me faut rejoindre la grande scène pour la prestation de GENITORTURERS,.....je ne connais pas et rien que par le nom, je pensais qu'il s'agissait d'un groupe de death gore....Que nenni...lol.... GENITORTURERS est un groupe de Floride et qui joue dans un style plutôt metal industriel. Enfin, soit disant metal. Le genre que je deteste. Donc je ne vais pas m'attarder sur cette prestation que j'ai trouvé « nul à chier ». Je me pose encore la question de la présence de ce genre de groupe. Et ça se dit faire du metal ??? Moi ça me fait rire. C'est plus du théâtre que de la musique. De la provocation en tout genre. Une chanteuse qui est plus là pour exiber ses formes que pour chanter, un batteur qui joue les gros durs à lever ses baguettes pour nous donner l'impression qu'il sait taper fort, un bassiste qui, du haut de ses 2 mètres et maigre comme un clou, se donne une allure, à la MARYLIN MANSON. D'ailleurs, je me pose toujours la question si c'est un mec ou une femme...lol.

Un groupe, qui, pour moi, ne sert à rien. Mais bon, je le remercie quand même. Après 5 minutes d'aperçu, ça m'a saoulé et j'ai donc pu regagner la file d'attente au bar, sans me soucier des horaires, j'avais le temps cette fois ci. D'ailleurs je n'étais pas le seul. Le devant de la scène n'était pas vraiment remplie.


Il me faudra plus d'une demie heure pour accéder enfin, au comptoir et étancher ma soif.

 

 

 

 


 

 

 

 

CYNIC « Traced in air » 2008

 

En attendant la fin de GENITORTURERS , je me poste devant la petite scène, en serrant très fort mon verre, dûment mérité, pour la prestation de CYNIC. Groupe que je ne connais pas non plus. Je crois savoir qu'ils font du death doom ou quelque chose comme ça. Ce dernier est déjà en place et attend son moment. Pour l'instant, il n'y a pas de retard, les horaires sont bien respectés.

 

GENITORTURERS a enfin fini son set. Les lumières de la petite scène n'attendent pas pour s'éteindre. Et un autre jeu de lumières, du style lasers, de plusieurs couleurs, éclaire la salle. Et CYNIC entre sur scène. Il y a deux guitaristes, donc ça devrait me plaire. Par contre c'est le genre des guitares qui me plait pas trop. Vous savez, les guitares sans finition. Celles où on ne voit pas le bout pour le réglage des cordes. Enfin bref.... A l'écoute du premier morceau, ça me fait peur, c'est mou, le chant est très calme. Aucune ambiance, même pas un riff pour me faire headbanguer. On voit rien à cause de ces « saloperies » de lasers qui nous font fermer les yeux à chaque passage et en plus les fumées épaisses, recouvrent le peu qu'il restait de vision. Mais bon, j'attends quand même un peu, c'est que le premier morceau.

L'attente ne sera pas longue, quand je comprends que les morceaux sont tous dans le même style. Je sais que je vais m'endormir. Je n'apprécie pas du tout. Mais c'est pas grave, on ne peut pas tout aimer. Et puis ça va me permettre de ressortir dans le hall d'entrée et faire un peu le tour des stands de tee shirts.

 

 

Il y a deux gros stands, ceux des groupes présents ce soir. Et dans la salle, il y a également deux stands CD's. Par contre je m'aperçois qu'il y a un deuxième bar qui s'est ouvert dans ce hall, ce qui, je pense, permettra de désengorger celui de la salle. Et puis en trainant à droite à gauche, je vois des petites affiches de scotchées un peu partout, chose que je n'avais pas remarqué en rentrant, étant trop pressé de rejoindre la scène. Sur ces affiches il est mentionné que de 16h30 à 17h00, le groupe ONE WITHOUT aurait joué, ???, je n'étais pas au courant de ce rajout. Je vais à l'accueil, pour me renseigner, et je pose la question. On me répond qu'effectivement, ce groupe a été rajouté au dernier moment et a commencé à jouer au moment où les portes se sont ouvertes. A mon avis, il ne devait pas y avoir grand monde.


 

 

ONE WITHOUT « Thoughts of a secluded mind » 2009

 

 

Bon je n'ai pas vraiment de regret, car quand j'ai regardé, en rentrant chez moi, le style de ONE WITHOUT, metal gothic avec chanteuse....Mouaih!!!.

Peut-être j'aurais voulu voir, pour la découverte. Il y a quand même quelques groupes que j'aime bien dans ce style, mais j'ai assez d'une main pour les compter et il reste de la place.

Par contre je ne comprends pas la raison de ce rajout de dernières minutes. Je ne vois pas l'intérêt de faire jouer, pendant une demie heure, un groupe, qui arrive de Norvège, devant une salle vide. Faudra m'expliquer la tactique, la dedans.

 

En attendant la fin de CYNIC, je prends place, au soleil, comme une grande partie des festivaliers. Tout en surveillant l'heure.

 

 

Après une longue pause bien méritée, je regagne la salle, où CYNIC fini sa prestation, toujours avec ses lasers, la fumée qui ne laisse rien apparaître et ses morceaux soporifiques. Je me rends directement vers la grande scène. CYNIC finira avec une vingtaine de minutes d'avance sur l'heure prévue. La raison ?? Simplement parce que, maintenant, les groupes joueront uniquement sur la grande scène et là, l'attente sera longue entre les groupes car ces derniers feront les balances.

 

 

 

 

 

PARADISE LOST « Faith divides us, death unites us » 2009

 

 

Je ne suis pas fan du groupe qui arrive maintenant. J'ai eu, en 2007, une première occasion de les voir. Mais si, le groupe était resté en tête d'affiche, je serai parti avant.

La deuxième occasion se présente donc pour moi de regarder PARADISE LOST et je me surprends à constater que je reste jusqu'à la fin de leur set. Peut-être le fait qu'ils aient joué une petite heure. Je n'ai pas vu le temps passer. Le public a été très réceptif. Le premier morceau joué sera « The rise of the denial », c'est un morceau avec un bon rythme et un bon refrain, ce qui me fera rentrer dans l'ambiance du groupe. Suivront « Pity the sadness », « Erased », « I remain », As I die ». Je remarque, par contre, que le groupe ne bouge pas vraiment sur scène. Chacun reste dans son coin. On continue avec « The enemy », « One second ». Il y a des morceaux par contre que je n'aime pas. C'est beaucoup trop lent pour mes cervicales...lol. Mais ils sont assez bien répartis. « Embers fire », « Requiem », « Fraitly » et on finira cette petite heure avec « Faith divides us, death unites us » et un morceau que j'aime, enfin c'est le deuxième « Say just words ».

Si l'on excepte la voix exécrable de Nick Holmes, et le fait qu'on entendait pas son chant aigu, dans son ensemble, le groupe nous donnera une assez bonne prestation.

 

Le temps pour le prochain groupe de s'installer, je me précipite au bar avant que la foule ne l'envahisse. Il fait encore très chaud, mais on commence à sentir la clim. Et une bonne bière pour se rafraichir ne se refuse pas.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

EPICA « Design your universe » 2009

 

C'est donc à EPICA de monter sur scène. Je l'ai déjà vu à plusieurs reprises dans des festivals. Je ne vais pas dire que je déteste, mais c'est pas le groupe pour lequel je m'achèterais un album. A voir sur scène, ça passe, mais à petite dose. Là par contre, ça va vraiment être très court, puisque le groupe ne jouera qu'une toute petite heure et sans rappel. Faut croire que EPICA adore la ville rose, ça fait la troisième date en moins d'un an, si je me trompe pas.

D'entrée le groupe attaque avec « Samadhi-prelude », l'intro du dernier album en date « Design your universe », suivit de « Resign to surrender ». Il n'y a pas à dire musicalement ça bouge bien et il y a beaucoup de voix death, apportées par Mark Jansen, ancien membre de AFTER FOREVER. Un très beau jeu de lumières et un groupe très vivant sur scène. On continue avec « The obsessive devotion ». Et on retrouvera également « The last crusade », « Cry for the moon », « Unleashed »,...

George « corpsegrinder » Fisher de CANNIBAL CORPSE va pouvoir aller se coucher, il a trouvé sa maitresse. Simone Simons, la chanteuse, le bat largement à faire l'hélicoptère. Et pas qu'une seule fois. Par contre, elle aura, pendant une grande partie du set, des problèmes avec son micro, le son de sa voix n'est pas toujours au top.

Mais mis à part ce petit problème technique et les balades, où je m'emmerde un peu....lol.... J'apprécierais beaucoup ce concert. Je reconnais que Simone possède une voix très puissante., on voit qu'elle a pris des cours dans les grandes écoles pour travailler sa voix.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

SOULFLY « Omen » 2010

 

Nous voilà presque arrivé à la fin de ce petit festival. Il nous faudra attendre une petite demie heure, le temps, pour les roadies, de changer de décor et faire les finitions sur les balances. C'est SOULFLY qui fermera ce festival. Je ne sais pas si il s'agit d'un choix judicieux, toujours est-il que le public, qui était nombreux pour EPICA restera également pour la tête d'affiche.

Après cette attente, qui m'a quand même paru très long, sans doute dû à la fatigue qui commençait à me submerger. Une intro se fait entendre et Max Cavalera et son groupe entre sur scène avec « Blood Fire war hate », ça commence bien. Je ne connais pas trop la discographie du groupe, si ce n'est les quelques classiques. S'enchainent sans temps mort « Prophecy », « Back to the primitive », « Seek n' strike », « I and I ». Il n'y a aucun temps de pause. Apparemment Max est là pour nous en mettre plein les oreilles et pas pour papoter. Les morceaux sont très courts, mais possèdent, pour la plupart, des riffs qui savent mettre de l'ambiance dans la fosse, car il y en a. On continue avec « Jeffrrey dahmer », et le premier titre de SEPULTURA avec « Refuse/Resist ». Pendant un morceau, je ne me rappelle plus lequel, Max demandera à une personne de la fosse, de monter sur scène pour jouer des percussions avec le groupe. La setlist remonte sur pratiquement toute leur discographie. Remarque, vu la durée des morceaux, ça ne cause aucun problème.

On continue avec « Bloodbath & beyond », « Doom », « L.O.T.M », « Porrada ». Et maintenant un petit solo de batterie de Joe Nunez. Puis on changera de batteur et ce sera un des fils de Max qui prendra place derrière les fûts pour nous jouer « Troops of doom ».

En fait je m'aperçois que ce concert ressemble étrangement à celui de CAVALERA CONSPIRACY, que j'ai eu l'occasion de voir. C'est pareil. Le décor avec les drapeaux brésilien, les titres de SEPULTURA et le fiston qui vient jouer. Max qui garde les mêmes fringues et les guitares. Marc Rizzo le deuxième guitariste.

Et puis les titres. Je trouve quand même qu'ils se rapprochent beaucoup de tous ces groupes CAVALERA CONSPIRACY, SEPULTURA (pas les débuts) NAILBOMB. Mais sincèrement, le seul groupe que j'ai aimé avec les frères Cavalera, c'était SEPULTURA.

On arrive à la dernière partie du concert avec « Warmageddon », « Carved inside », « Frontlines », « Arise again » et « Unleash ». Le groupe ne bouge pas tant que ça pour une musique plutôt « burnée ». Max reste derrière son micro sans vraiment s'imprégner de l'ambiance, qui n'est pas trop mauvaise dans la fosse. Pourtant, il devrait ,puisqu'ils sont en tête d'affiche.

Après un rappel plutôt timide de la part du public, SOULFLY reviendra pour nous jouer « Rise of the fallen », « Roots bloody roots » et « Jumpdafuckup/Eye for an eye ».

SOULFLY est un groupe qui n'a rien inventé. C'est du copier coller. Mais je trouve que sur scène, les titres ont quand même une bonne pêche; Ca donne vraiment envie de headbanguer ou faire un circle pit, comme, justement, Max le demandera. Ce que je n'aime pas vraiment, c'est les versions de SEPULTURA jouées ce soir. C'est vraiment mauvais. Ils paraissent mous, ils leurs manquent quelque chose. Mais bon faudra faire avec.

 

 

 

 


 

Pour ce qui est de l'organisation, si je ne prends pas en compte le manque de bars, celle ci aura été vraiment impeccable pour une première. En espérant, maintenant, une prochaine édition.

 

La soirée se terminera vers 1 heure du matin, bien passé. Mais je ne tiendrais pas 3 heures de conduite, sans devoir m'arrêter sur une aire de pique nique pour faire un petit dodo jusqu'au lendemain matin 5 heure.



12/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres