200eme concert (NAPALM DEATH - CADILLAC - SYRINX) - Limoges - 2010

 

 

Et si je vous parlais de la fourmi ? Lol.... Non, non, je ne vais pas vous conter un poème de La Fontaine, ni vous faire un exposé sur cet insecte....

 

C'est par un vendredi fortement ensoleillé, que je me rends à Limoges. L'air est chaud et humide, il fait plus de 32°, mais ce n'est pas ce climat qui va empêcher les fans de se déplacer ce soir. D'ailleurs quand j'arrive sur les lieux du concert, je remarque que beaucoup sont déjà là.

 

Cette soirée reste sous le signe du death-hardcore. Et c'est donc dans un café concert appelé « La fourmi » que le rendez-vous est donné. Trois groupes se produisent ce soir. NAPALM DEATHCADILLACSYRINX. Pour le dernier ç'est un remplacement de dernières minutes, puisqu'au début, devait jouer UNBORN.

 

 

 

                              

 

 

 

En attendant l'ouverture des portes prévue vers 21h00, je discute avec quelques coreux. C'est là que je me confirme que la réputation que l'on donne à ces personnes est en fait éronnée. Alors oui, en concert, l'ambiance est assez « violente » (ce terme, pour moi, est exagéré, mais c'est celui que les gens utilisent quand ils parlent du hardcore). Par contre ces mecs sont très ouvert d'esprit et j'ai pris un réel plaisir à parler avec certains.

 

 

 

                          

 

 

 

Entre temps, les portes se sont ouvertes. Je pénètre donc à l'intérieur de "La fourmi". Dedans il fait très chaud. C'est vraiment une toute petite salle. Sa capacité est d'environ 300 personnes, mais ce soir le concert n'affichera pas complet, j'estime au maximum 200 personnes.

On trouve, le bar à gauche, une petite fosse sur la droite et la scène juste après. Puis il y a possibilité de monter à l'étage, où se trouve des tables bancs. C'est une jolie petite salle. Mais ce soir, l'air frais est difficilement décelable, tellement il y fait chaud. C'est un bon moyen pour perdre des calories sans vraiment faire d'efforts...lol..

Il y a du retard sur les horaires, mais bon, c'est vendredi et demain, la plupart des personnes présentes ce soir, ne travaillent pas.


 

C'est donc SYRINX qui ouvre les hostilités. Il remplace UNBORN qui n'aura pas pu faire le déplacement. J'en ignore la raison. Ca ne change rien pour moi car les deux formations me sont inconnues. Le trio de SYRINX ne fait pas un grand déplacement, ils sont du Limousin. Le groupe est récent et possède une démo du nom de « Syrinx ». Malgré la chaleur, la fosse sera bien remplie et pendant une quarantaine minutes, le groupe va nous faire goûter à son death hardcore. Le groupe attaque avec « Sylver rope », « Suffocation », « Day of defet », « Under worms »« Nebula asphyricte »«  »« Swarm of scrap » « Dermoro », et on fini avec « Peze soul ».. Rémi, le chanteur guitariste s'en sort plutôt bien dans le chant, j'aime bien sa voix death. Après, c'est plus les morceaux, où j'ai eu du mal à accrocher. Ils sont pour la plupart assez complexes et j'ai beaucoup de mal à trouver mes repères. Les tempos changent souvent, ce qui fait que j'arrive pas à m'immerger complètement dans leurs compositions. Mais ça reste une bonne première partie qui donnera le ton pour la soirée.

 

Le temps que le deuxième groupe prenne place sur scène. La salle se videra complètement. Tellement l'air est devenu irrespirable. C'est dehors qu'on arrive à recharger ses poumons, d'oxygène frais. Même les membres de NAPALM DEATH se feront ce plaisir...lol. Et c'est pas la bière qui va nous aider, même à 2€. Ok, elle rafraichit mais c'est tout.

 

Après une quinzaine de minutes dehors, je reprends place dans la salle. Le deuxième groupe est pratiquement prêt à jouer.


 

CADILLAC est une formation un peu plus récente que SYRINX. Le groupe est né en 2009 et nous propose un hardcore brut de décoffrage.

Et c'est pendant une quarantaine de minutes que le groupe va nous assommer avec ses compos courtes mais efficaces. La fosse commencera à bien se démener sur les titres, « Drivers », « Slayer », « Some reasons to die », « Who want », « New »…. Certains fans me feront des figures artistiques que je ne connaissais pas comme étant des danses coreux, comme le saut de mouton ou un semblant de chenille, en plus brutal bien sur, enfin bref....lol. Ce qui est sur, c'est que les coups partaient dans tous les sens. Il valait mieux garder les bras croisés plutôt que de se faire surprendre par un coup de coude à l'estomac. CADILLAC a su faire passer son message et à vraiment su mettre le feu dans la salle. Les titres se laissent écouter facilement et donnent vraiment envie de bouger. Le chant de Pierre, typique au hardcore, se marie très bien avec les titres et puis deux guitares, ça le fait. Franchement un bon petit groupe.

 

Il n'y aura pas de rappel. Et il ne faudra pas plus de deux secondes pour retrouver tout le monde, pour la deuxième fois, en dehors de la salle. Mais cette fois ci, le corps moite, le tee shirt bien imbibé de sueur. Même à minuit, la température est encore au dessus des 20°.

 

 

 

 

NAPALM DEATH « Time waits for no slave » 2009

 

 

 

Allez il temps de laisser le bol d'air frais et de rentrer pour la prestation de NAPALM DEATH. Dans la salle, il y a beau avoir quelques courant d'air, mais rien n'y fera, la chaleur est toujours bien présente.

C'est donc en sueur que NAPALM DEATH fait son entrée. Et sans prévenir, attaque son premier morceau. Les trois quart des personnes, restés dehors, se précipitent dans la salle. L'ambiance ne tarde pas, pour s'installer. Elle sera assez mouvementée je dois dire.

NAPALM DEATH enchaine ses morceaux, avec pour commencer, « Strong-arm », « Unchallenged hate », « Suffer the children », « Silence is deafening », « Life and limb », Il fait chaud, Barney me donne l'impression de ne pas trop supporter, d'ailleurs nous non plus, mais il continue, tout en s'aspergeant la tête d'eau. « Diktat », « When all is said and done », « On the brink of extinction », « Life ? », « The kill », « Deceiver », « You suffer », « Mass appeal madness  », « Nazi punks fuck off », « Persona non gratta » « Unchallenged hate », « Scum », « It's a man's world », « Smear campaign », « From enslavement to obliteration », « Time waits for no slave »…. Il y aura souvent des interventions  très revendicatives de Barney, le chanteur, annonçant la teneur du prochain titre joué. La chaleur a doubler d'intensité dans la salle. Plus on avance dans le concert et plus Barney s'arrête, entre les morceaux, pour se désaltérer ou se verser de l'eau sur la tête, n'hésitant pas à partager, quelques bouteilles d'eau, avec les premiers rangs de la fosse, qui le mérite bien. Et pendant plus de 1 heure. Barney et sa bande survoleront une grande partie de leur discographie. NAPALM DEATH est resté tel que je l'avais vu il y a plus de 10 ans, je ne parle pas des festivals. Un groupe en pleine forme ce soir et qui laisse entendre son plaisir de jouer à Limoges. Le rappel est fortement demandé, mais Barney, simule une extinction de voix d'un geste de sa main à hauteur du cou. Et le groupe ne reviendra pas.

 

NAPALM DEATH n'a pas vraiment changé depuis ses débuts. Les membres sont restés simples, gentils. Ils font eux mêmes leur balance. Il n'ont pas de tour bus. Conduisant eux mêmes, dans leur mini van, ou je sais pas trop quoi. Un fourgon quoi!! Qu'est ce qui me fait dire ça ? L'engin était garé devant la salle.

 

Encore un concert simple, comme je les aime, ou le respect de l'autre est devenu une routine. Ou l'ambiance reste excellente à tous niveaux. Un concert que je ne regrette pas d'avoir fait et qui a été animé par 3 excellents groupes. Même si, pour moi, le hardcore n'est pas le style que je préfère.



04/07/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres