201eme concert (Bilbao BBK Live) - Bilbao - 2010

 

Jeudi 08 juillet 2010

 

 

Le Bilbao BBK Live. Qu'est ce que c'est ? C'est un festival, organisé sur 3 jours et qui rassemble toutes les tendances musicales, en lien, avec le rock. Ce festival est situé au pays basque sud à Bilbao. Et plus exactement à Kobetamendi. Il existe depuis 2006 et a vu passer beaucoup de grand groupe.


C'est la première fois, cette année, que le festival organise une journée plutôt metal. Avec à l'affiche pour ce jeudi 08 juillet, RAMMSTEINSLAYERSKUNK ANANSIERISE AGAINSTBULLET FOR MY VALENTINEVOLBEATRISE TO FALL et la soirée finira avec ANTI-FLAG sans parler de la nuit DJ qui se poursuivra. Et c'est cette affiche qui me motive à y aller pour la première fois.

 

 

 

                        

 

 

 

C'est en bus, que je pars. Pas que je n'ai pas envie de prendre la voiture, mais des transports en commun, « Voyage en bus », pour ne pas les citer, partent de Bordeaux et passent par Bayonne, alors je n'ai pas envie de me priver. Au niveau tarif, à quelque chose prêt, ça se vaut. Avec la fatigue, due à la conduite, en moins.

C'est donc à midi que je monte dans le bus. Tout y est. Ca fait plaisir de se faire emmener en concert. On s'occupe de rien. Ce qui me permettra de me reposer.

C'est vers 15h30 qu'on arrive dans Bilbao.

Et à partir de là, c'est un peu la croix et la bannière pour atteindre le site. Les véhicules sont interdit de monter jusqu'au site, il faut prendre des navettes prévues à cette effet et qui partent à différents points de la ville. Il faut entre 15 et 20 minutes pour monter. Je dis, monter, parce que le site se trouve sur une petite colline qui surplombe la ville de Bilbao, d'ailleurs le soir, en redescendant, on a une superbe vue sur les lumières de la ville. D'où le nom du site Kobetamendi, « mendi » signifiant « montagne »

 


 

 


Une fois le billet pour la journée en poche, je grimpe dans une navette, puis quelques minutes de marche pour, enfin, atteindre les grilles du Bilbao BBK Live. Il y a déjà du monde, mais c'est raisonnable. Les grilles s'ouvrent à 17h00. J'ai une heure d'avance. Je discute avec des français de Bordeaux, pour passer le temps, Ils étaient dans le même bus que moi.

Il est déjà 17h15, les grilles toujours pas ouvertes, ça commence à siffler et à crier depuis la foule. Ce qui m'ennuie, c'est que le premier groupe doit jouer à 17h30 et j'aimerai ne pas les louper.

 

Enfin !!!... ça rentre. N'étant pas le dernier, je pénètre rapidement. La fouille n'est pas si poussée que ça. La sécurité ne prendra même pas la peine de regarder, ni toucher mon sac. Pourtant sur d'autres, ç'est la totale...lol.

 

Le site ? je prendrais le temps de le visiter plus tard. Je me dirige, sans trop savoir où aller, enfin si. En suivant mon ouïe, vers les premières notes de RISE TO FALL qui résonnent, sur ma droite.

 

 

 

 

RISE TO FALL « Restore the balance » 2010

 

Je n'ai pas regardé l'heure, mais je pense qu'il n'y a pas trop de retard.

RISE TO FALL est un petit groupe basque, de Bilbao. Je dis petit, car il vient tout juste de sortir son premier album « Restore the balance ». En ce qui concerne le style, c'est très proche des derniers IN FLAMES. La voix de Dalay Tarda, n'est pas vraiment le style que je préfère, mais les titres sont bourrés de riffs qui feront bouger toute la fosse. Le chant est en anglais. Il y a pas a dire, les espagnols ont le rythme dans le sang. Je croyais avoir tout vu, mais là, l'ambiance prend une autre dimension. Que ce soit pour n'importe quel titre. C'est énorme.

C'est pendant, 30 minutes environ, que RISE TO FALL va passer, en revue, une grande partie de son album avec, entre autres « Redrum », « Rise from drama », « When the instinct ... », « ...Kills the reason », « Inner scream », «  Infected woundds », …

Vraiment un bon petit groupe, pour chauffer une foule, qui grossit de plus en plus vite.

 

 

 

 

 

 

 


 

J'ai une vingtaine de minutes, pour commencer à visiter le site, avant le début de VOLBEAT, sur la même scène.

 

 

Il y a donc 2 scènes. La « stage 1 », c'est comme ça qu'elle se nomme et la « Stage 2 » un peu plus petite. Il y a pas mal d'animation, comme par exemple: 2 voitures, qui sont laissées libres à l'imagination, à ceux qui veulent les décorer à la peinture à bombe. A la fin de la journée, on ne verra même plus la couleur d'origine, de celles ci...Lol. Autrement il y a des coins aménagés, avec des fauteuil où on peut se relaxer. Il y a également les stands de fringues, les bars, où on trouve le gobelet de bière, de 25cl, à 3€ et les stands pour se nourrir. Mais là, je dis bravo, parce que, mis à part celui des hamburgers, qui apparemment n'était pas le top, le reste donnait vraiment envie de goûter, des saucisses, des merguez, de la ventrèche, du boeuf,... et le tout grillé au feu de bois et sur du vrai pain.. Un vrai régal.

 

Une mauvaise organisation. Pour le moment, il n'y a qu'un seul endroit d'ouvert, pour changer l'argent en jetons et en billets, car il y a même des billets de 3€ et 7€, toujours avec les logos des groupes dessus. Et je ne vous raconte pas le monde qu'il y a. Heureusement que j'avais pris mes dispositions entre RISE TO FALL et VOLBEAT. Parce que après c'est au minimum 1 heure d'attente.

Le jetons sont vraiment originals. Ils représentent des médiators à l'effigie des groupes qui sont passés dans ce festival.


 

 

 


 

Bon allez, Il est temps pour moi de retourner devant la stage 2.

 

 

 

 

 

VOLBEAT « Guitar, gangsters & cadillac blood » 2008

 

La première fois que j'ai vu VOLBEAT, c'était en 2009, au Hellfest. Et je n'avais pas du tout aimé. Mais je m'étais carrément fait chier. Alors pourquoi y retourner aujourd'hui. Simplement, parce qu'à force d'entendre dire, autour de moi, que c'est génial. J'ai pas voulu rester sur une déception.

VOLBEAT arrive du Danemark et nous propose un rock bien burné. Certain appelle ça du stoner.

Et là. Et bien, sincèrement, je reconnais que je me suis trompé. Et j'ai vraiment adoré. Les titres « The human instrument », « Mary ann's place », « Still counting », … passent comme une lettre à la poste. A part la voix de Michael Poulsen qui a du mal à monter dans le aigus, que je n'aime pas trop. Un petit clin d'oeil à DIO sera fait, Michael dira quelques mots sur le signe du diable fait avec la main, que beaucoup de metaleux connaissent. Autrement musicalement c'est bon et puissant. Aussi bien les titres des premiers albums que du dernier. Et toujours cette énorme ambiance dans la fosse. Ca aide peut être un peu, aussi....lol. Non je plaisante, mais j'ai vraiment trouvé ça super. Comme quoi, il ne faut jamais rester sur une écoute.

Et cinquante minutes, ça passe très vite, quand on prend goût à quelque chose. On voudrait que ça dure.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Même si il y a peu de groupe, il faut se dépêcher pour aller d'une scène à l'autre. A partir de maintenant, les groupes jouent les uns derrière les autres. Il y a un battement de quelques minutes, bien sur, mais faut pas trop trainer.

 

 

 

 

 

 

BULLET FOR MY VALENTINE « Fever » 2010 

 

BULLET FOR MY VALENTINE n'est pas le genre que je préfère. J'ai écouté sur album, c'est sympa. Mais pas vraiment innovant. Par contre je reconnais que sur scène, c'est autre chose. Il y a deux chanteurs, avec Matt, qui assure également la guitare et Jay qui, lui, joue de la basse. Les titres comme « Your betrayal », « Tears don't fall », « Hand of blood », « Fever », « Begging for mercy », …. sont plus puissant, plus fort sur scène. Le groupe bouge beaucoup, offrant la possibilité aux fans de faire des mégas circles pit.....lol. Et c'est pendant une heure que, BULLET FOR MY VALENTINE, emmené par les chanteurs Matt, pour la voix claire et Jay pour le chant plus grave, mettra, une grosse ambiance dans la fosse et passera largement son message auprès des fans.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Après ces premiers groupes intéressant. Le moment est venu pour moi de me reposer un peu, mais avant je vais quand même aller jeter un oeil sur le prochain groupe.

 

 

 

 

 

 

SKUNK ANANSIE « Smashes and thrashes » 2009

 

SKUNK ANANSIE n'est pas vraiment du metal, mais plutôt du rock alternatif. La journée est peut être metal, mais ça n'empêche pas le mélange des styles.

Des l'apparition du groupe, dans les années 90, j'avais écouté quelques titres. Mais je n'ai jamais vraiment accroché. Aujourd'hui, le groupe nous revient, après plusieurs années d'absences. Le dernier album est sorti en 2009, enfin je sais pas si on peu parler de nouvel album, étant donné qu'il s'agit d'anciens titres remaniés avec, seulement, 2 nouveaux morceaux. C'est donc, par curiosité, que je vais me placer, face à la stage 2, afin de découvrir ce groupe en live. En réalité je ne reste que pour quelques titres. Mais l'entrée du groupe est fracassante. Deborah ann dyer, la chanteuse, est arrivée comme une flèche avec une capuche sur la tête, ne laissant rien apparaître de son visage. Courant, gesticulant dans tous les coins de la scène. Puis au second morceau, elle nous dévoile son crâne reluisant. Les titres joués tel que « Cheap honesty », « Charlie big potato », « I can dream », « Twisted », « Because of you », « On my hotel TV »,….. sont piochés un peu partout, dans la discographie, qui comporte, maintenant, 4 albums.

Mais après quelques morceaux, je me lasse et je décide d'aller m'asseoir sur une pente herbeuse, qui fait face à la stage 1, là où le prochain groupe à jouer se prépare. Et de part et d'autre de cette scène, il y a 2 écrans géant qui me permettent de regarder la suite et fin de SKUNK ANANSIE. Et là !!! je vois une chose que je n'ai encore jamais vu en concert. Deborah, va avancer dans la fosse, mais pas au sol, ni en se couchant sur les fans et se laisser transporter, non, là, elle marche carrément sur les mains tendues des fans. Elle fera 5-6 mètres, debout, comme ça, tout en continuant à chanter. Et fera de même, pour le retour. Impressionnant. Et durant tout le concert, elle atomisera une foule venue nombreuse.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

RISE AGAINST « Appeal to reason » 2008

 

Pour le groupe qui arrive, RISE AGAINST, je reste assis sur la pente herbeuse. Il est 21h passé, il fait lourd, mais heureusement le soleil est voilé par des nuages. Le groupe nous arrive de Chicago et pratique un Punk harcore. Le groupe existe depuis 1999. Je ne connaissais pas. Je ne regrette pas de rester là où je suis. C'est pas mauvais, mais je préfère garder mon énergie pour SLAYER, qui jouera en suivant, sur la stage 2. Beaucoup de vieux titres joués, surtout de l'album « The sufferer and the witness » sorti en 2006, avec « Ready to fall », « Prayer of the refugee », « Survive » sans oublier le dernier avec « Collapse (Post amerika) », « Re-education (Through labor) », « savior », et bien d'autres encore.

 

Il est temps pour moi de me lever et de me diriger vers la stage 2. Ca va, comme il reste du temps, il n'y a pas encore de monde, ce qui me permet d'avancer dans les premiers rangs. Et du coup je repose mon derrière, au sol, tout en regardant les roadies préparer le matos et en suivant, depuis les écrans, également placés de part et d'autres de la scène, la fin de la prestation de RISE AGAINST.

 

 

 

 

 

 

 

SLAYER « World painted blood » 2009

 

Après l'annulation du concert de Paris, la veille, la question s'est également posée pour cette date. Et bien non, SLAYER jouera bien ce soir. Et quel concert. Plus d'une heure de thrash, en compagnie d'un groupe, qui a, encore aujourd'hui, gardé le sourire pendant tout le show.

La scène est plongée dans la pénombre et SLAYER se fait un peu attendre. Et c'est sur une intro que le groupe entre en scène suivit de «  World painted blood ». Exactement comme au Graspop. Moi qui ne suis pas un grand fan, j'ai bien peur de devoir me re-farcir la même setlist. Bon j'apprécie quand même.....Et bien non, la setlist sera légèrement différente. On retrouvera en plus l'excellent « Dead skin mask », l'énorme « Hell awaits », et « Seasons in the abyss ». Tom Araya avec son grand sourire, ne donne pas l'impression d'avoir des problèmes de voix, bien qu'entre chaque titre, il y a un petit temps mort, et qu'il laisse le soin aux fans de chanter quelques passages, mais je ne pense pas que ça ait un rapport. Les autres titres de la soirée sont « Mandatory suicide », Chemical warfare », « War ensemble », « South of heaven », « Angel of death », « Rainning blood », « agressive perfector », …

En plus, le concert a lieu la nuit, alors avec un très bon jeu de lumières dans les rouges, ce dernier est beaucoup plus intense. Pour l'ambiance, c'est comme, depuis le premier groupe de la journée, elle est mortelle.

Je préfère de loin cette prestation, à celle du Graspop, qui pourtant, était excellente. Mais là, je sais pas, il y a un truc en plus que je n'arrive pas à définir...lol.


 

 

 

 

 


 

 

 

 

Bon il est temps de rejoindre la stage 1 pour la tête d'affiche RAMMSTEIN.

 

 

 

 

 

 

 

RAMMSTEIN « Liebe ist für alle da » 2009

 

La fosse de la stage 1, est séparée en deux, par un passage aménagé pour la sécurité. Je me dirige du coté droit, là où il me semble y avoir moins de monde. Et j'arrive à me faufiler, d'allée en allée, jusqu'à un mur humain infranchissable...lol.. Mais bon je suis beaucoup plus prés qu'au concert de Bercy, du 12 décembre 2009 et à bonne distance, pour bien voir le groupe.

RAMMSTEIN, fait parti, comme beaucoup d'autres groupes de ce soir, de ceux, que je ne possède pas vraiment dans ma discographie. Mais de voir les titres jouer sur scène, ça prend une autre dimension, c'est fantastique. Je pense que les effets pyrotechniques, y sont pour beaucoup.

Ca reste un réel plaisir, de les revoir et c'est ce qui compte pour moi. Je ne fais pas parti de ceux qui aime aller voir plusieurs fois le même groupe la même année, juste pour dire, "ouaih !!! et bien moi cette année je les ai vu 15 fois". Je l'ai déjà eu fait, comme pour IRON MAIDEN, 3 jours de suite, mais je n'éprouve aucun plaisir à revoir un groupe en si peu de temps. Et pourtant je suis un grand fan de ce groupe. Il y a eu des exceptions, comme pour METALLICA en 2009, mais la setlist des 2 jours était différente....enfin bref, revenons à notre concert de RAMMSTEIN.

 

Il y a un petit temps d'attente. Le rideau noir est tiré, ne laissant rien apparaître du décor. Quand brusquement, les lumières s'éteignent, plongeant, tout le site, dans la pénombre. Et c'est sur « Rammstein » que le groupe entre en scène, mais toujours caché par le rideau noir, qui tombe après quelques minutes, découvrant un deuxième rideau, mais celui ci, aux couleurs de l'Allemagne, qui tombera également après quelques minutes, laissant, enfin, apparaître le groupe dans son décor très...futuriste. Rien que ce morceau me donne le ton de l'ambiance, qui va y avoir ce soir, c'est énorme, tout le monde chante les paroles.....sauf moi.....lol. Mais de me retrouver au milieu, c'est grandiose, j'ai la stéréo. Que dis je...le Dolby.

En ce qui concerne la pyrotechnie, il n'y a pas de grosse différence avec le concert de Bercy, si ce n'est les feux d'artifices en plus. Mais dehors, ça prend quand même plus d'ampleur.

Le groupe joue beaucoup de titres du dernier album. Avec, entre autre, « Haifisch », « Frühling in Paris », « Waidmanns heil », « Ich tu dir weh », « B****** (Bückstabü) », « Pussy » où les premiers rangs, vont avoir le droit, à un jet de mousse, mais les autres albums ne seront pas oubliés, « Du riechst so gut », « Feuer freï ! », « Benzin », « Sonne », « Du hast », « Ich will », « Links 234 », « Rammlied », ....

 

C'est la deuxième fois que je vois RAMMSTEIN et, malgré que ça soit, à quelque chose prêt, le même concert que Bercy, je suis encore resté scotché par cette prestation, qui reste monumentale. Et l'ambiance est multipliée par cent, face à Bercy. En tout cas je garde de très très bons souvenirs de ces deux fois. Un vrai régal.


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Mais même si la tête d'affiche est passée, le festival n'est pas prés de fermer ses grilles. C'est donc d'un pas tranquille que je me dirige vers la stage 2, où doit se produire le dernier groupe avant que les DJ's prennent le relais jusqu'a l'aube.

 

 

 

 

 

ANTI-FLAG « The people or the gun » 2009

 

En ce qui me concerne, je finis ce festival avec ANTI-FLAG. Un groupe de punk hardcore. Je dirais même un très bon groupe. J'ai pourtant pris une claque avec RAMMSTEIN, mais faut croire que la fatigue n'était pas au rendez-vous et j'ai pu pleinement apprécier ce groupe. ANTI-FLAG nous arrive de Pennsylvanie. Il existe depuis 1988 et a une belle armada d'album à son actif. Le dernier « The people or the gun » date de 2009. Les titres arrivent tout juste à 3 minutes, mais chacun fait mouche sur le public, pas encore prêt d'aller se coucher. Même si, beaucoup, sont partis après RAMMSTEIN.

Le groupe survolera sa discographie en nous jouant, « 1 trillions dollars », « This is the end (For you my friend) », « The press corpse », « Turncoat », « Fuck police brutality », comme on le lit sur certains titres, le groupe est très engagé...lol...

Pat Thetic, le batteur, nous gratifiera d'un petit solo. Je ne sais pas, si son nom, est un jeu de mot, ou si c'est une coïncidence, mais ça m'a bien fait rire.

 

Malheureusement, il me faut partir avant la fin du set. Le rendez-vous donné au bus est à 4h maximum. Il me reste un peu plus d'une heure pour rentrer dans la file d'attente, qui est très longue, mais qui avancera assez rapidement, il y a une navette toutes les dix minutes environ, puis il me faudra prendre une navette et retrouver la rue où le bus nous attend.

 

C'est vers les 7h00 que j'arrive chez moi, après deux petites heures de sommeil.



14/07/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres